1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |

C1 : Un enfant abandonné

Rarement les rues de « City One » avaient été aussi silencieuses. Pourtant, dans la pénombre du soir, on pouvait entendre des bruits de pas très rapprochés, qui résonnaient dans les structures environnantes. Une femme, visiblement apeurée, et se retournant fréquemment, s’y était aventurée avec un bébé dans les bras. Sa course empressée la mena à « Danger Zone », le dernier niveau avant « Hole », la zone interdite. Là, elle déposa le bébé près d’un conduit d’alimentation énergétique avant de repartir presque aussitôt, après avoir laissé quelques larmes sur l’enfant qui se mit alors à gémir de milles sanglots. Etrange volonté que celle exprimée ici. Il ne fait néanmoins aucun doute que : « Notre volonté est celle de La Machine ».

C2 : les Illogiques

City One est l’œuvre de La Machine. Tout y est pour le mieux. Chaque habitant vit le mieux possible selon les meilleures règles. Pourtant, certaines irrégularités se forment parfois. Heureusement les « Traqueurs », la police de City One, veillent. Leur mission est de normaliser ces irrégularités. Hole, la zone interdite, en est infestée parait-il. Mais étant donné qu’il n’y a aucune donnée exploitable concernant ce lieu, la seule chose que l’on sait, est qu’il est interdit de s’y rendre. Hole est à la base de City One. Ce lieu sert à la fois de décharge et de source d’énergie pour la ville. On y évacue tous les déchets par des canaux, et un système de transformation thermique se sert de la chaleur de la terre pour les brûler. L’énergie dégagée sert ensuite à alimenter l’ensemble de City One. On voit mal comment des irrégularités peuvent se développer dans un tel endroit. Mais le propre des irrégularités, après tout, c’est de ne pas être compréhensible, d’échapper à toute logique. D’ailleurs, La Machine nomme certains éléments irréguliers : « les Illogiques ». Ces Illogiques sont semblables aux habitants de City One, sauf que leur vie est imparfaite car elle n’est pas réglée par La Machine. D’où le danger qu’ils représentent pour l’équilibre de City One. Nous devons donc les dénoncer aux Traqueurs si nous en rencontrons car : « Notre volonté est celle de La Machine ».

C3 : Danny LUCK ne perd jamais

– Attention Danny, le dernier cueilleur va bientôt quitter la Melonhouse
- OK, j’ai combien de temps avant la ronde des Traqueurs ?
- Normalement deux minutes, ça ira ?
- T’inquiètes, on ne m’appelle pas Danny LUCK pour rien !

Les melons disparaissent assez fréquemment des « Melonhouses », les bâtiments où sont cultivés les melons dans City One. Cette anomalie est attribuée par La Machine aux Illogiques. Ce fait inquiétant ne parvient pas à être résorbé malgré les nombreux capteurs qui pullulent à cet endroit-clé de la ville. Les melons, seuls aliments comestibles pour les habitants de City One, constituent en effet un enjeu vital pour la société de La Machine. Alors que la Fête du melon se prépare déjà, les Traqueurs redoublent de vigilance autour des Melonhouses. Mais un Illogique parvient toujours à échapper aux capteurs et à se jouer des Traqueurs pour dérober des melons ; cet Illogique c’est Danny « LUCK ». Personne ne comprend comment ni pourquoi mais ce « Danny LUCK » est comme invisible pour les capteurs. En cela il est une double irrégularité pour La Machine : non seulement son existence n’a pas été souhaitée par La Machine, mais La Machine se trouve même incapable de reconnaître son existence actuelle. Les mouvements illogiques sont pourtant bien identifiés par l’Index Central de City One où sont mémorisés tous les faits et gestes de la ville, mais Danny LUCK, lui, échappe à ce référencement. La Machine veut stopper ces vols car la quantité de melons produits n’est pas prévue pour nourrir les Illogiques. Malheureusement, les Traqueurs ne parviennent pas à repérer les voleurs. La faute à l’Index Central qui, étant donné la somme de données qu’il a à traiter, ne peut les informer des mouvements suspects que plusieurs jours après qu’ils aient été détectés. La situation est grave : nous risquons une pénurie à terme et certains habitants de City One devront laisser leur part aux Illogiques. Pour l’instant, La Machine arrive à réguler le flux de melons, mais si les vols continuent, cela pourrait entraîner un dérèglement complet de City One et cela serait en contradiction avec la volonté de La Machine. Nous ne pouvons vouloir une telle chose car : « Notre volonté est celle de la Machine ».

C4 : La Parole de La Machine

– Vous l’avez trouvé ?
- Non Grand Manouti.
- Et bien redoublez d’efforts ! Le Code sacré est très clair : c’est pour bientôt.
- Oui, nous le savons monseigneur.

Tous les jours, lorsque la Musique Sacrée retentit, la vie s’arrête à City One. Tout le monde assiste alors, via les nombreux écrans dans toute la ville ou directement au Palais de la Légende pour les privilégiés, à la Parole de La Machine. Il s’agit d’un discours prononcé par le Premier Gardien de la Légende où est signifié la volonté de tous, c’est-à-dire celle de La Machine. On appelle ce Premier Gardien, le « Grand Manouti ». Le rôle du Grand Manouti est d’assurer la pérennité de la Légende, le mythe fondateur de City One, et de surveiller les irrégularités dans l’Index Central. Il vit au sommet de la structure pyramidale de City One. On raconte que, là-haut, il est directement en connexion avec La Machine. Juste en dessous de sa résidence se trouvent le Palais et l’école de la Légende. On nomme ce lieu sacré : « ELYSION ». L’école de La Légende est l’établissement où sont formés les futurs Gardiens chargés de perpétuer la Légende. La fille du Grand Manouti, Mary DAY, est d’ailleurs l’une des élèves de cette école. La Parole de la Machine permet aux habitants de City One de connaître leur volonté commune et de comprendre pourquoi La Machine doit être respectée. Toutes les interventions du Grand Manouti sont clôturées par une phrase que tous les habitants de City One répètent en communion : « Notre volonté est celle de la Machine ».

C5 : La volonté de Mary DAY

– Aujourd’hui nous allons reprendre notre leçon sur la Musique Sacrée. Quelqu’un a-t-il des questions à ce propos ? Oui mademoiselle DAY ?
- Est-ce qu’on ne pourrait pas changer cette musique ? Elle est « has been » aujourd’hui…
- Pourvu que La Machine ignore ce propos… Ce n’est pas à vous que je dois apprendre que cette musique nous a été transmise par La Légende. La Machine ne veut pas la changer. Cette musique est la plus parfaite qu’il se puisse.

La Machine règle tout dans City One. Chaque habitant se voit assigner une tâche à apprendre et à réaliser dès qu’il vient au monde. Les naissances elles-mêmes sont régies par La Machine ; il ne peut y en avoir qui ne soit pas voulue par La Machine. Les couples sont eux aussi formés dès le plus jeune âge. Ainsi Mary DAY, la fille du Grand Manouti, s’est vu liée par La Machine à l’âge de 13 ans avec un certain « Nicolas ». Habituellement, les hommes et les femmes ainsi liés sont satisfaits de cette union ; ils sont heureux d’échapper aux inimaginables tourments qu’ils devraient supporter s’ils devaient faire une telle recherche d’union eux-mêmes. Toutefois, Mary DAY n’est pas de ceux là. Elle, elle n’apprécie guère son compagnon imposé et aimerait en choisir un autre. Mais elle sait bien que c’est impensable car : « Notre volonté est celle de la machine ».
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |
Dayluck